La mission du CRAQ est de :


 
-Promouvoir l'excellence en astrophysique au Québec et faire rayonner l'astronomie québécoise sur la scène mondiale
-Assurer l'enseignement supérieur et la formation avancée d'étudiants en astrophysique
-Favoriser l'implantation de ce champ de connaissance dans la culture québécoise
-Permettre la mise en commun des ressources matérielles et financières de ses membres pour une recherche scientifique de pointe
 
Événement à venir : Séminaires/Colloques ou Activités grand public

Actualités Dernières nouvelles

Une nouvelle professeure en astrophysique extragalactique se joint au CRAQ

Imaginez un trou noir de la taille du Système Solaire. Est-ce possible ? Un tel objet peut-il vraiment exister ? La réponse est simple : oui. En fait, de tels trous noirs, appelés trous noirs supermassifs, sont des phénomènes bien connus du ciel nocturne. Il s’agit des objets les plus puissants de l’Univers, et ils sont tout sauf tranquilles !  Cliquez ici pour plus d'info


Prix et distinctions Dernières nouvelles

Marie-Eve Naud, étudiante au doctorat à l’Université de Montréal, figure dans le top 10 des découvertes de l’année 2014 de Québec Science.

L’équipe, menée par Marie-Eve Naud, étudiante au doctorat au Département de physique de l’Université de Montréal et membre du CRAQ, était principalement constituée d’étudiants et de chercheurs de l’UdeM, notamment Étienne Artigau, Lison Malo, Loïc Albert, René Doyon, David Lafrenière, Jonathan Gagné et Anne Boucher.  Cliquez ici pour plus d'info


Visitez Science! On blogue.

Le Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) est un partenariat entre l'Université de Montréal, l'Université McGill et l'Université Laval, qui regroupe chercheurs et collaborateurs dans le domaine de l'astronomie et de l'astrophysique issus de ces trois institutions, de l'Université Bishop's, du Cégep de Sherbrooke, de l'Agence spatiale canadienne, et d'entreprises privées (Photon etc., ABB Bomem Inc., Nüvü Camëras). Le CRAQ est un des regroupements stratégiques financés par Le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT).



Le CRAQ constitue un pôle unique au Québec de chercheurs en astrophysique dont les expertises variées et complémentaires, axées sur l'excellence, leur permettent d'être innovateurs, créatifs et compétitifs dans plusieurs domaines scientifiques, offrant ainsi aux étudiants des cycles supérieurs un éventail important de sujets en recherche fondamentale et appliquée.

Les activités du CRAQ se développent autour des quatre axes principaux suivants :

  • la recherche fondamentale et appliquée en astrophysique
  • la conception d'instruments pour des observatoires nationaux, internationaux et spatiaux grâce à ses laboratoires d’astrophysique expérimentale,
  • l'Observatoire du Mont-Mégantic (l'OMM),
  • et, finalement, la diffusion des connaissances astrophysiques auprès du grand public.

 

Séminaires/Colloques à venir (7 prochains jours)


Jeudi, le 2 avril 2015
Probing Active Galactic Nuclei through X-ray Eyes
Dr. Shruti Tripathi, Inter-University Centre for Astronomy and Astrophysics (IUCAA) Pune, India
Heure : 14:30
Lieu : Pour tous, Bishops's University - Johnson 120

Jeudi, le 9 avril 2015
Searching for Earth 2.0 in the crumbs of planet formation
John Debes, Space Telescope Science Institute
Heure : 11:30
Lieu : Université de Montréal, Pavillon Roger-Gaudry, local D-460

 

Activités grand public à venir (prochain mois)


Lundi, le 13 avril 2015 à 19:00
Lamontagne, Robert :  La recherche de la vie à l'extérieur du système solaire
Lieu : Les Sceptiques du Québec, Centre humaniste, 1225 boul. Saint-Joseph Est
« Sommes-nous seuls dans l’Univers ? » est probablement l’une des questions qui fascinent le plus l’humanité depuis la nuit des temps. Or, grâce aux progrès technologiques récents et à venir, les astronomes estiment que la réponse pourrait survenir au cours de la prochaine décennie. Près de 2000 planètes extrasolaires ont été identifiées à ce jour, dont quelques-unes semblables à la Terre. De nouveaux outils tels que TESS, SpIROU et JWST, le successeur du télescope spatial Hubble, permettront d'en repérer plusieurs dizaines d'autres et d'analyser la composition chimique de leur atmosphère. Les astronomes de l'UdeM sont dans le peloton de tête de cette course. Serons-nous capables d’y découvrir à distance les signes d’une activité biologique, preuve de l’existence de la vie ailleurs que sur notre planète ?


Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.