La mission du CRAQ est de :


 
-Promouvoir l'excellence en astrophysique au Québec et faire rayonner l'astronomie québécoise sur la scène mondiale
-Assurer l'enseignement supérieur et la formation avancée d'étudiants en astrophysique
-Favoriser l'implantation de ce champ de connaissance dans la culture québécoise
-Permettre la mise en commun des ressources matérielles et financières de ses membres pour une recherche scientifique de pointe
 
Événement à venir : Séminaires/Colloques ou Activités grand public

Actualités Dernières nouvelles

Patrick Dufour et un collègue américain découvrent une planète possiblement riche en calcaire

Un groupe de chercheurs, utilisant le télescope de 10 mètres de l’Observatoire W.M. Keck (Hawaii), ont découvert un corps planétaire possiblement recouvert de calcaire et dont les couches superficielles sont érodées par son étoile désormais morte. En effet, en plus d’appliquer une méthode relativement nouvelle permettant de déterminer la composition chimique des planètes afin d’examiner leur structure interne, l’équipe a constaté que le matériel rocheux accrété par l’étoile morte pourrait être composé de minéraux qui sont généralement associés à des processus de la vie marine sur Terre. L’équipe - composée de Carl Melis de l’Université de Californie à San Diego, et Patrick Dufour du Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) de l’Université de Montréal - annonce ses conclusions à l’occasion de la 228e rencontre de l’American Astronomical Society, qui se tient cette semaine à San Diego.  Cliquez ici pour plus d'info


Prix et distinctions Dernières nouvelles

Jonathan Gagné est le récipiendaire de la médaille Plaskett 2016

La Société canadienne d’astronomie (CASCA) et la Société royale d’astronomie du Canada (SRAC) ont attribué le prix de la meilleure thèse de doctorat en astrophysique au Canada à Jonathan Gagné en lui décernant la médaille J.S. Plaskett pour 2016.  Cliquez ici pour plus d'info


Visitez Science! On blogue.

Le Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) est un partenariat entre l'Université de Montréal, l'Université McGill et l'Université Laval, qui regroupe chercheurs et collaborateurs dans le domaine de l'astronomie et de l'astrophysique issus de ces trois institutions, de l'Université Bishop's, du Cégep de Sherbrooke, de l'Agence spatiale canadienne, et d'entreprises privées (Photon etc., ABB Bomem Inc., Nüvü Camëras). Le CRAQ est un des regroupements stratégiques financés par Le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT).



Le CRAQ constitue un pôle unique au Québec de chercheurs en astrophysique dont les expertises variées et complémentaires, axées sur l'excellence, leur permettent d'être innovateurs, créatifs et compétitifs dans plusieurs domaines scientifiques, offrant ainsi aux étudiants des cycles supérieurs un éventail important de sujets en recherche fondamentale et appliquée.

Les activités du CRAQ se développent autour des quatre axes principaux suivants :

  • la recherche fondamentale et appliquée en astrophysique
  • la conception d'instruments pour des observatoires nationaux, internationaux et spatiaux grâce à ses laboratoires d’astrophysique expérimentale,
  • l'Observatoire du Mont-Mégantic (l'OMM),
  • et, finalement, la diffusion des connaissances astrophysiques auprès du grand public.

 
 

Activités grand public à venir (prochain mois)


Mardi, le 20 septembre 2016 à 19:00
Lamontagne, Robert :  L’équation de Drake ou la métrique de l’ignorance
Lieu : iREx - UdeM - 2900 Édouard MontPetit
La recherche de la vie extraterrestre est l’une des grandes quêtes de l’humanité. Plusieurs programmes de recherche y sont d’ailleurs consacrés. Le programme SETI (Search for ExtraTerrestrial Intelligence) est l’un des plus connus. Son objectif est de découvrir à distance des civilisations extraterrestres, intelligentes et technologiquement avancées. Dans ce cas bien précis, la recherche s’articule autour d’une formule connue sous le nom « d’équation de Drake ». La probabilité de succès du programme SETI dépend en grande partie de la « solution » de cette équation. Quelle est l’origine de cette équation ? Quels paramètres sont bien cernés ? Quelles sont les incertitudes sur les autres ? L’équation est-elle appropriée au problème de la vie extraterrestre ? C’est à ces questions que je tenterai de répondre au cours de la conférence.


Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.