Pierre BergeronKenneth RaganLe Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) regroupe tous les astrophysiciens du Québec. Près de 150 personnes, dont une cinquantaine de chercheurs et leurs étudiants provenant de l’Université de Montréal, de McGill University, de l’Université Laval, de Bishop’s University, du Cégep de Sherbrooke et de quelques autres établissements collaborateurs font partie du regroupement. Le CRAQ est sous la codirection de Pierre Bergeron de l’Université de Montréal et de Kenneth J. Ragan de McGill University. Le CRAQ est un des regroupements stratégiques financés par Le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT).

Les objectifs du CRAQ sont d’assurer l’excellence de la recherche en astrophysique au Québec et de promouvoir son rayonnement tant au niveau national, international, industriel, qu’au niveau de la société québécoise. Pour ce faire, le CRAQ supervise la mise en commun de ressources matérielles et financières pour ses membres, favorise les collaborations scientifiques et technologiques, distribue un enseignement supérieur et une formation avancée aux étudiants, et contribue à l’implantation de ce champ de connaissance dans la culture québécoise.

Les astrophysiciens québécois sont des chefs de file dans plusieurs domaines de recherche théorique et expérimentale. Le CRAQ constitue ainsi un pôle unique au Québec de chercheurs en astrophysique dont les expertises variées et complémentaires, axées sur l’excellence, leur permettent d’être innovateurs, créatifs et compétitifs dans plusieurs domaines scientifiques, offrant ainsi aux étudiants des cycles supérieurs un éventail important de sujets en recherche fondamentale et appliquée.

Les activités du CRAQ se développent autour des quatre axes principaux suivants :

  • la recherche fondamentale et appliquée en astrophysique,
  • la conception d’instruments pour des observatoires nationaux, internationaux et spatiaux grâce à ses laboratoires d’astrophysique expérimentale,
  • l’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM),
  • la diffusion des connaissances astrophysiques auprès du grand public.

L’astronomie constitue un apport important à la culture scientifique populaire québécoise, et la contribution des chercheurs du Québec à ce patrimoine mondial des connaissances est significative. Un tel regroupement dans des domaines de pointe en astrophysique théorique et expérimentale est absolument unique au Québec et même au Canada.